Blogue ,blogue oenotourisme ,À la Cantonade ,Quel vin apporter ,menu ,circonstance ,événement ,harmonies ,choix du vin ,accord mets vin ,

Quel vin apporter si on ignore quel sera le menu?

Quel vin apporter pour que le choix soit adapté à la circonstance? Cette question …..n’est jamais simple, alors mettons tout de suite les choses au clair: le vin caméléon à 100% n’existe pas. Ou alors son  camouflage est tellement réussi qu’il est tout-à-fait invisible sur les tablettes et dans les comptoirs 😉  En conséquence, il subsistera toujours une certaine marge d’erreur. Notre objectif sera de la minimiser.

Mais d’abord, de quel genre d’évènement parlons-nous? Le plan de match diffère beaucoup selon qu’il s’agisse d’un 5 à 7 du temps des Fêtes, d’un repas de famille traditionnel du Jour de l’An ou d’un dîner fin entre gastronomes avertis.

 

Quel vin apporter au party de bureau

La formule classique est le buffet où chacun y va à son gré, à son rythme et selon son appétit. Qu’on fasse appel à un service traiteur ou que les convives contribuent d’un plat, il en résulte souvent des compositions déroutantes, quelque part entre le fauvisme et le rococo, si vous voyez le tableau. Alors, quel vin apporter? Faites de votre mieux et advienne que pourra! Mais le gros bon sens est quand même toujours de circonstance.

Règles d’or : inutile de payer trop cher, il ne s’agit pas d’une dégustation structurée. Au lieu d’une seule bouteille d’un vin remarquable, apportez-en deux d’un vin friand, sympathique et sans prétention. Ou trois, juste au cas où ça finirait tard!

Évitez les taux d’alcool excessifs, on regrette toujours d’avoir passé la soirée sous la table du buffet.

Doucement sur le chêne (vins trop boisés), ce n’est pas un BBQ, il n’y aura pas d’entrecôte saignante à ‘’accoter’’.

Rien de trop complexe, un rosé, un monocépage bien droit, bien net, le genre de vin de soif qu’on boit sans arrière pensée (et sans modération), l’été au bord de la piscine par exemple. Celui qui se chamaillera ni avec les ailes, ni avec les nachos et la salsa, ni avec la tartinade de fruits de mer.

 

Le repas traditionnel

Retour aux blogues archivés

Quel vin apporter ,repas traditionnel ,temps des Fêtes ,La tradition, on y tient. La diète commence demain. La tourtière, le ragoût de patte, la dinde farcie et les patates pilées, c’est délicieux mais ce n’est pas léger. J’exagère un peu mais tout de même, n’en rajoutez pas avec un gros rouge hyper baraqué qui fait ses 14,5 ° (le matin). Laissez-le dormir un peu au cellier et soyez sans crainte, la saison des grillades finira bien par revenir.

Choisissez de préférence un blanc mais cette fois-ci, plus rond, plus ample, plus complexe et plus structuré que dans le cas précédent. Il ne faudrait surtout pas laisser les saveurs costaudes de nos mets ancestraux éclipser complètement la boisson qui les accompagne. Une légère note boisée? Et pourquoi pas, mais subtile.

De plus en plus de vignobles des Cantons de l’Est élaborent des vins d’assemblage conjuguant les propriétés les plus intéressantes d’un certain nombre de cépages rustiques. Ils sont en général un peu plus chers que les monocépages (l’art a un prix) mais leur présence en bouche est souvent plus convaincante. Portons un toast à nos maîtres de chai qui s’y entendent pour régler avec précision les temps de passage en barrique.

 

Le dîner chic

 

Quel vin apporter ,dîner chic ,temps des Fêtes ,Non seulement doit-on impérativement demander quel sera le menu, mais le détail de celui-ci, service par service, et à quelle étape votre contribution est attendue, si elle l’est.  Ça vaudra mieux que d’arriver tous avec le petit bijou pour accompagner le carré de cerf, laissant le foie gras poêlé et le plateau de fromages à leur triste sort.

Sachez toutefois que les hôtes préfèrent souvent s’occuper eux-mêmes des harmonies. Apportez alors une excellente bouteille de bulles pour l’apéro. Ou deux, on verrait très bien l’autre avec le foie gras, mieux à mon avis qu’un liquoreux ou tout autre vin doux.

D’ailleurs, on se trompe rarement en jouant la carte des bulles en toute circonstance. Les mousseux, secs en particulier, sont toujours à leur place de l’apéro au dessert. À condition tout de même d’y aller mollo avec la salsa 😉

.

À la bonne vie !

André Giroux # blogueur_blagueur

Retour aux blogues archivés