Niagara-On-The-Lake Oenotourisme André Giroux blogueur / blagueur

Niagara-On-The-Lake paradis ontarien de l’oenotourisme

Tournée éclair de 4 vignobles en octobre. Nous avons contemplé… des étoiles en plein soleil chez Wayne Gretzky et décroché la lune chez Trius.

Niagara-On-The-Lake Oenotourisme André Giroux blogueur / blagueur et Wayne Gretzky

 

DOMAINE WAYNE GRETZKY

Wayne Gretzky a toujours fait les choses en grand et rien ne semble avoir changé maintenant que sa carrière sportive est derrière lui. Faisant plus de 2 000 mètres carrés, sa propriété de Niagara-On-The-Lake est à la fois un établissement vinicole et une distillerie. Tout ça sous un même toit, c’est une première dans la région.

Comme à l’ère des puissants Oilers, le 99 est demeuré un joueur d’équipe et on peut vraiment dire qu’il s’est encore très bien entouré. Craig McDonald, le vinificateur et maître de chai, collectionne les médailles et les distinctions et le chef Frank Dodd n’a pas son pareil pour mettre en valeur une abondance d’excellents produits nordiques. Comme ils officient également chez Trius, je vous les présenterai tous les deux dans quelques paragraphes. 

CE HASARD QUI FAIT SI BIEN LES CHOSES

Par un beau dimanche de la mi-octbre, nous sommes débarqués chez lui tout-à-fait par hasard. En fait, c’est plutôt l’adresse de Trius, la propriété voisine, que nous avions tapée dans le GPS. Mais en voyant sur un haut mur en planches de grange le numéro 99 en rouge et la célèbre signature en grosses lettres juste en-dessous, nous avons tout de suite compris que c’est Dieu qui nous parlait!

On entre, on regarde, on fouine partout en prenant des tas de photos et, si nous n’avions pas planifié visiter quatre vignobles en une seule journée, on serait probablement encore dans le splendide cellier, l’endroit rêvé pour y organiser des banquets périodiquement. Ce qui est d’ailleurs le cas.

Suivez-nous pour la visite sur l’album FaceBook Niagara-On-The-Lake – Contempler les étoiles en plein jour

 

Niagara-On-The-Lake Oenotourisme André Giroux blogueur / blagueur chez Trius

 

TRIUS : RÉGAL POUR L’OEIL ET LE PALAIS

Depuis plus de trente ans, Trius est niché entre l’escarpement du Niagara et le lac Ontario, un endroit béni des dieux où tous les facteurs semblent réunis pour favoriser la croissance d’une assez grande diversité de cépages.

Né en Australie, Craig McDonald a fait ses classes dans plusieurs pays, notamment aux USA, en Australie et en Nouvelle-Zélande, avant d’être engagé comme maître de chai chez Prius il y a déjà vingt ans. En 2008, il a eu l’honneur d’être nommé vinificateur ontarien de l’année. Son credo:  » ne pas contrarier le vignoble, respecter son rythme et chercher continuellement à coller de près à son calendrier de croissance spécifique; lorsqu’on atteint cette synchronicité, alors seulement peut-on ajouter sa touche personnelle. »

MENU DÉGUSTATION EN SEPT SERVICES

Le chef Frank Dodd a développé lui aussi une passion pour les denrées de grande qualité et il concocte des menus innovants d’inspiration saisonnière qui font honneur aux vins de son collègue. Depuis l’obtention de son diplôme du College de Durham en 1991, il n’a jamais quitté la cuisine, travaillant dans quelques-uns des meilleurs établissements du monde, que l’on pense au Savoy ou au Dorchester de Londres ou encore à l’hôtel Cliveden, l’une des meilleures adresses de la campagne anglaise.

Arrivé au Canada en 2000, il a officié au Biff Bistro de Toronto, à l’hôtel Wedgewood de Vancouver et au Langdon Hall de Cambridge Ontario avant de prendre les commandes des cuisines de chez Trius. Il est reconnu pour porter un soin méticuleux aux moindres détails et la présentation de chacun de ses plats est de très haut niveau.

Le soir de notre passage, le menu dégustation se déclinait comme suit: consommé de canard, ravioli de courge et canard saumuré; poitrine d’agneau croustillante, melon compressé sous vide et fromage de chèvre; Pétoncle BLT, une découverte, je n’en dis pas plus; trou normand sur le thème du popsicle; pastrami de faux-filet de boeuf à la Reuben; clafoutis de prunes au poêlon, glace au Whisky 99. Le tout accompagné comme il se doit d’excellents vins du cru.

Creusez-vous un peu l’appétit en visionnant l’album FaceBook Menu-dégustation 5 étoiles chez Trius

 

Two Sisters Niagara-On-The-Lake Oenotourisme

 

TWO SISTERS : ROMANTISME ET RIGUEUR

La rive sud du Lac Ontario à l’embouchure de la rivière Niagara bénéficie d’un microclimat très propice à la culture et les sols sont un mélange de sable, d’argile, de limons et de schiste rouge. C’est déjà pas mal pour un début.

Ici, tous les cépages sont produits avec l’intention d’en faire des vins de garde. Trois obligations en découlent : utiliser au vignoble les techniques de culture appropriées; se doter au chai d’équipements de pointe et surtout du savoir-faire pour en exprimer le plein potentiel; mettre un soin jaloux à bien choisir les barriques pour une maturation réussie au cellier.

On n’a qu’à se promener dans les vignes pour constater que l’espacement entre les plans ainsi que les bonnes pratiques de taille favorisent les bas rendements, donc la qualité de préférence à la quantité. Dans le chai, c’est Adam Pearce qui est aux commandes et on ne compte plus les prix qu’il a remportés dans divers concours. Les cuves de fermentation en inox sont de fabrication italienne et le cellier contient plus de 400 barriques de chêne que l’on peut contempler de ses yeux. Ce n’est pas de la frime.

LE CELLIER !

Parlons-en du cellier! Dès qu’on franchit la porte de l’établissement, on est plutôt ébloui par la majesté du hall d’entrée, orné de tapisseries et de meubles de style. Ce qui attire surtout le regard, c’est une imposante porte en bois massif. Que peut-il bien y avoir derrière? Eh bien oui, c’est cette fameuse salle des barriques qui n’a rien voir avec les réduits sombres et humides qu’on s’abstenait autrefois de faire visiter.

Dans une haute pièce à aire ouverte, des lustres de cristal jettent une lumière chaude et il émane des cuves et des tonneaux des effluves de chêne et de fermentation qui mettent en appétit. Voilà sans doute pourquoi on utilise souvent l’endroit pour des dégustations structurées, des réceptions privées ou un ‘’souper du vigneron’’ sur invitation. C’est Justin Lesso qui est alors au fourneau, le chef attitré de Kitchen 76, le restaurant du vignoble.

Creusez-vous  l’appétit en visionnant l’album FaceBook Two Sisters: le souci de la perfection

 

Inniskillin Niagara-On-The-Lake Oenotourisme

 

INNISKILLIN: UNE MARQUE RECONNUE MONDIALEMENT

Le magazine Decanter est un des fleurons de Time Inc., le plus prestigieux éditeur du Royaume Uni, aussi bien dire du monde. Cette publication phare sur la Planète Vin tient chaque année un concours international couronnant les grands champions du monde dans plusieurs catégories. En 2014, Inniskillin a remporté un de ces fameux trophées dans la catégorie «vins doux de plus de quinze livres» i.e. dans le jargon, ceux dont le taux de sucre résiduel est le plus élevé, tels les vins moelleux  et les vins de glace. Ce n’est pas un mince accomplissement.

À vrai dire, c’est même tout un exploit! Pour mériter ce trophée, un vin doit traverser une série de dégustations à trois niveaux. Il lui faut d’abord gagner une première médaille d’or quelque part, puis il se retrouve en compétition avec d’autres médaillés d’or du même style et de la même région; le meilleur se voit décerner un trophée régional. Il sera ensuite redégusté parmi d’autres médaillés régionaux provenant cette fois du monde entier afin de déterminer le gagnant du trophée international. Seulement 33 vins sur plus de 15 000 entrées ont remporté une telle distinction. Le vin de glace Inniskillin Niagara Estate Vidal 2012 en est un.

OPÉRATION COMMERCIALE MENÉE DE MAIN DE MAÎTRE

Évidemment, cela contribue un tout petit peu à asseoir une réputation. L’emblématique vin de glace règne en maître dans plus de  80 pays et pointe au premier rang mondial sur Travel Retail pour ce qui est de la distribution. Annuellement, Inniskillin reçoit 250 000 visiteurs à son vignoble de Niagara-On-The-Lake seulement. Ils en exploitent un autre dans la vallée de l’Okanagan.

Croyez-moi, la grande majorité de ces 250 000 personnes n’ont qu’une idée en tête: déguster. Du vin de glace de préférence, mais aussi l’ensemble de la gamme des produits réguliers. Le week-end, une petite armée d’employés sympathiques se tiennent au garde à vous derrière les comptoirs alignés, prêts à vous offrir en dégustation les produits de votre choix.

Plusieurs d’entre eux sont asiatiques car, à vue de nez, les touristes chinois et japonais comptent de leur côté pour une bonne moitié de la clientèle. Nous avons eu, quant à nous, le bonheur d’être accueillis en français par une délicieuse Québécoise établie dans la péninsule du Niagara depuis des lunes. Une soie!

Plus d’images sur l’album FaceBook  Inniskillin célébrité planétaire

 

À la bonne vie !

André Giroux, blogueur blagueur et éditeur sr.